Cazères, elle, joue sur le même registre de vacances actives et nature. Elle livre aussi ses atours charmants (ponts, esplanade, falaise du Campet) d’ancienne bastide plantée en bord de Garonne et de l’Hourride. Et son port sur le fleuve témoigne d’un passé florissant — jusqu’au XIXe siècle — lié à la présence de la manufacture de draps et la construction de barques.

Carbonne, bastide elle aussi, fondée en 1256 par Alphonse de Poitiers, se trouve à la confluence de la Garonne et de l’Arize. De cette époque, subsistent encore le clocher pignon et la tour adossée à l’église dédiée à Saint Laurent. L’hôtel de ville du XVIIIe siècle, les ruines du château de la Terrasse (XVIe au XVIIIe siècle) et le Jardin-Musée Abbal méritent que l’on s’y arrête, tout autant qu’au Terrefort, d’où la vue sur la vallée et les Pyrénées en impose.

Muret, ancienne capitale du Comminges, garde pour sa part les portes sud de Toulouse. Son passé médiéval toujours visible a pourtant été supplanté par l’histoire plus récente de l’illustre Clément Ader (1841-1925), pionnier de l’aviation française. Le musée qui lui est en partie dédié célèbre également les figures locales : Nicolas Dalayrac (1753-1809), le maréchal Adolphe Niel (1802-1869), le président Vincent Auriol (1884 né à Renvel-1966, ancien maire de Muret).

Continuer le voyage