Pour mes 40 ans, mes amis Christelle et Hugo m’ont fait la surprise de me préparer un cassoulet. Un excellent Cassoulet… Ça faisait longtemps que je n’en avais pas mangé d’aussi bon.

Tout aussi férus que moi de tradition culinaire occitane, ils m’expliquent aller de temps en temps chez « Nico » (Nicolas André), un chef qui propose des cours de cuisine sur Toulouse. C’est avec lui qu’ils ont appris à le cuisiner et auprès de lui qu’ils m’ont offert de m’y initier. Belle surprise et beau cadeau.

Sans plus attendre, je prends contact dès le lendemain avec le fameux Nico afin de m’inscrire à un de ses cours. Je veux apprendre à cuisiner le Cassoulet, mais pas dans les livres, les blogs ou toutes ces applications qui foisonnent. Je souhaite apprendre avec quelqu’un, et là, c’est le cadre idéal.

Super accueil au téléphone, Nicolas m’explique son concept, je sens bien que c’est un passionné. Je vois à son propos qu’il aime transmettre son savoir, transmettre tout ce qui ne peut être écrit dans un livre. La cuisine est un partage, un échange.

Date prise, je me rends chez Nicolas le jour dit. C’est une maison au coeur de Toulouse avec son potager. Je sonne et suis accueilli par le chef. Poignée de main franche et chaleureuse, sourire malicieux et regard qui pétille me font immédiatement comprendre que je suis bien tombé. Nico me précède afin de me conduire vers la cuisine et rencontrer les autres « stagiaires » qui, comme moi souhaitent percer les mystères de l’emblématique Cassoulet.

Quelques présentations et échanges nous permettent de faire connaissance autour d’un petit verre de Fronton rosé convivial. Nico nous explique le déroulé de notre programme culinaire et c’est parti...

Trempés depuis la veille, les fameux lingots du Lauragais nous attendent bien sagement au millieu de la cuisine. Sous les conseils et astuces de Nico, nous nous affairons à la préparation du bouillon dans lequel nous plongerons les lingots pendant une bonne heure. Juste assez pour nous occuper des cuisses de canard, du jarret de porc, de la poitrine, des couennes et surtout de la fameuse saucisse de Toulouse !

Nico est très attentif et ses précieux conseils nous accompagnent, toujours dans la bonne humeur. Le groupe est sympa et aux discussions conviviales s’ajoutent des parfums bien familiers qui commencent à emplir la cuisine.

Le cassoulet met 3 bonnes heures à cuire, cela nous laisse assez de temps pour profiter d’un apéritif sur la terrasse, au bord du potager. Du temps pour échanger, pour bavarder et surtout apprendre à se connaître un peu.

La cuisson finie, à la manière d’un dimanche familial à la campagne, nous mettons la table et y passons sans nous faire prier. Nous sommes tous heureux et pas peu fiers d’avoir réussi notre meilleur Cassoulet.

Le repas se poursuit sous le signe de la convivialité. Un très bon moment passé chez Nico.

Prochaine fois, j’apprendrai à faire du foie gras...

Continuer le voyage