Avant toute chose, passage obligatoire à l’Office de Tourisme derrière le Capitole pour récupérer un plan des pistes cyclables. Muni du sésame, la première station nous tend les bras. Le ticket VéloToulouse donne accès à un nombre de déplacements illimités pour 24 heures, de quoi se faire plaisir ! Le fonctionnement des bornes de location est assez intuitif et en 5 minutes nous voilà en selle. Les premiers tours de roue ne sont pas évidents, heureusement cette partie du centre-ville est en zone semi piétonne.

Nous empruntons la rue du Taur avec en ligne de mire la basilique Saint-Sernin. Nous faisons le tour de l’édifice pour admirer son superbe clocher roman. Les vélos étant fournis avec un antivol , il nous suffit de les accrocher à un arceau de stationnement pour continuer la visite. A l’intérieur, l’édifice est aussi majestueux qu’à l’extérieur : la verticalité donne le vertige. Ne pas rater la visite du déambulatoire et ses sculptures en marbre du XIIème siècle.

Une ville faite pour le vélo

Nous reprenons les vélos direction l’église des Jacobins célèbre pour sa colonne en forme de palmier. Nous avons été particulièrement séduits par le cloitre : un endroit calme, plein de charme à l’écart de l’agitation de la ville. Nous prenons de plus en plus d’assurance sur nos vélos... l’impression de s’approprier la ville en vrais toulousains. Nos roues nous mènent vers la Garonne et le port de la Daurade. Pause déjeuner en terrasse avec vue imprenable sur les quais de la Garonne. Une piste cyclable très agréable permet de longer les quais en traversant la place Saint-Pierre récemment réaménagée. Nous poussons jusqu’à l’entrée du canal de Brienne : l’espace EDF-Bazacle, ancienne usine électrique aujourd’hui transformée en espace d’exposition en accès libre possède une très belle esplanade sur la Garonne : la vue sur le fleuve et les façades en briques est magnifique.

A la découverte de quartiers cachés

Nous reprenons le quai dans l’autre sens pour profiter encore un peu du spectacle jusqu’au Pont Neuf qui malgré son nom est le plus ancien de Toulouse. Nous sillonnons le quartier des Carmes jusqu’à la cathédrale Saint Etienne : rues des Paradoux, des Polinaires, Mage, Perchepinte, place Sainte Scarbe... le noms fleurent bon le sud ! L’ambiance est particulièrement paisible et tranquille : de magnifiques hôtels particuliers se laissent deviner derrière les portes cochères. Dernier arrêt sur la très animée place Saint Georges pour une bière bien méritée en terrasse. Les vélos sont raccrochés à leur borne : ça y est nous sommes de vrais toulousains !

Continuer le voyage