Une escapade le long du Canal du Midi qui, quelle que soit la saison, réserve un moment d’éternité… Quinze nouveaux petits kilomètres et voici Nailloux au bout du chemin. Cette ancienne bastide créée en 1319 possède une église du XVIe siècle avec clocher-mur, cinq baies entre deux tours polygonales, la fontaine de dévotion de Saint Méen, le Foyer Saint-Martin — vieille demeure du XVIème siècle — et l’ancienne porte côté nord de la place.

Et puis, comme le lac de la Thésauque est voisin, pourquoi ne pas s’arrêter une journée pour profiter du bon air et de sa fraîcheur ?

À moins que les curieux ne préfèrent poursuivre en direction de Montgeard distant de quelques kilomètres à peine. Cette délicieuse bastide fondée en 1317 a bien connu « l’âge d’or » du pastel. L’église du XVIème siècle et le château de la famille Durand (XVème et XVIème siècles) en apportent le témoignage. Au château, les propriétaires assurent la visite d’une splendide salle voûtée, des cheminées Renaissance, de la peinture murale représentant la « Tentation de Saint-Antoine »…

À Avignonet-Lauragais, le château de Gaulech, les vestiges des remparts des XIIIème et XVème siècles, la Tour de Ravelin (1352), l’église Notre-Dame des Miracles (XIVème) au clocher octogonal surmonté d’une flèche gothique, tous assurent le spectacle !  Avant de devenir un important centre de culture du pastel jusqu’au XVIIe siècle, le village a été marqué par l’histoire du catharisme. Et pour terminer la visite, à la sortie de la cité, un pont sur le Canal du Midi, mène sur l’Aire de Port-Lauragais où se trouve la Maison de la Haute-Garonne qui propose spécialités gastronomiques régionales et artisanat d’art.

À savoir

Montgiscard a été un centre de rassemblement royaliste lors de l’insurrection de l’An VII.

L’église de Montgeard abrite des voûtes gothiques mais aussi un bénitier de marbre blanc fabriqué à Pise en 1516 et quatre albâtres anglais provenant des ateliers de Nottingham.

Le château d’Avignonet-Lauragais a été le théâtre du Massacre des Inquisiteurs perpétré en 1242 par des chevaliers cathares descendus de Montségur.

Continuer le voyage