Espace thermal ou aqualudique avec balnéo... il y en a pour tous les goûts.

Le Thermalisme est une tradition qui remonte aux Romains

Au début du siècle, trente sept sources thermales étaient recensées. Aujourd'hui, la plupart sont complètement oubliées ; pourtant l'eau continue de couler, imperturbable, comme aux premiers siècles !

C'est la garantie romaine que chacun revendique ; en effet, les vertus de ces eaux tant utilisées par les gallo-romains, en ont fait les premiers bâtisseurs de systèmes thermaux très sophistiqués. Les Pyrénéens sont d'ailleurs fiers d'avoir soigné les rhumatismes de l'empereur Tibère !

Mais l'homme du Moyen-Age n'a guère l'occasion de se préoccuper de son bien-être et il faut attendre la Renaissance et plus tard le XIXème siècle pour que cette médication connaisse ses plus grandes heures de gloire.

Le Comminges, de par son histoire, son climat, sa géographie est aujourd'hui l'héritier du « tourisme thermal » et notre périple, même s'il passe parfois par une source abandonnée ou par un « Hôtel des Thermes » aux volets clos, saura aussi vous guider vers les lumières et les fastes laissés par ces eaux magiques !

Deux hauts lieux du thermalisme et du bien-être en Haute-Garonne : Salies-du-Salat et Luchon.

Deux sources donnèrent à Salies-du-Salat sa destinée thermale. L'une sulfurée servit peu, l'autre, salée donna son nom à la cité du bord du Salat, baptisée par les romains "Salinea". C'est en constatant que la source a guéri deux malades en 1880 que sera décidée la construction d'une bâtisse avec deux baignoires, une cheminée et un cabinet. L'usage régulier de ces eaux les plus minéralisées d'Europe débute en 1853. La station thermale traite aujourd'hui avec succès les troubles du développement de l'enfant, la rhumatologie et les problèmes gynécologiques.

Le charme de Salies tient beaucoup à ses vastes promenades recouvertes par une majestueuse frondaison si appréciable en été, ainsi qu'à ses ruelles bordées de maisons à colombages. L'établissement thermal est une magnifique réalisation du début du siècle (1925) ; la façade est saisissante, les architectures néoégyptiennes offrent ses décors de faïences et ses colonnes massives.

Alors, Luchon s'organise, s'équipe, et devient "la Reine des Pyrénées", souveraineté jalousement conservée jusqu'ici !

Les populations du Luchonnais reconnaissent très tôt les vertus des eaux thermales. C'est sous le règne d'Auguste que la ville d'Ilixon fut créée, les gallo-romains dressèrent d'ailleurs de nombreux autels à leurs dieux qui leur redonnèrent la santé.

C'est le XVIIIème siècle qui va voir le réveil du thermalisme. Une route est réalisée entre Montréjeau et Luchon, un premier établissement brûle et c'est en 1848 que Chambert construit les thermes actuels. Luchon devient à la mode et les "Grands" viennent s'y baigner (Hugo, Lamartine, Flaubert...).

Au XIXème siècle, la ville est à l'apogée de sa gloire avec l'arrivée du chemin de fer. Curistes et vacanciers affluent à l'établissement thermal comme au théâtre, casino, salle de jeux...

Mais parlons de ces eaux et de leurs vertus ! Deux forages à 130 et 160 mètres de profondeur déversent par jour, plus de 1000 m3 d'eau de 65 à 73 degrés. Ces eaux sulfurées sodiques,  soignent les voies respiratoires (O.R.L.), les maladies articulaires (arthroses, rhumatismes). Profitez également de séances de remise en forme (Forme et Bien-Etre) avec le Vaporarium (hammam naturel dans la roche) unique en Europe.

Continuer le voyage