Vendredi 20h30 : Soirée d’hiver entre potes à Toulouse. Ça discute, ça rigole autour d’un bel apéro dînatoire lorsque tout à coup, miracle de l’autre côté de la fenêtre… des flocons gros comme des chips se mettent à tomber.

Tous amateurs de ski depuis notre tendre enfance, une montée d’adrénaline nous traverse et la même idée jailli de nos têtes : demain c’est samedi, on va aller skier à Peyragudes !

Samedi 6h30 : Après une fin de soirée en mode organisation de notre journée du lendemain, le réveil sonne. Les yeux ouverts comme des billes, je saute dans mes chaussures et je ne perds pas de temps ! En route pour faire le tour de la ville récupérer Paul, Cécile et Lucas. Les discussions autour des pistes de Peyragudes comble l’ensemble du trajet car Lucas n’y est jamais allé. « Tu verras, déjà le voyage c’est toute une aventure ! », se rappelle Cécile. « Des paysages grandioses, des vallées sublimes et surtout, quand tu arrives au pied de la station, c’est l’émerveillement absolu… », décrit Paul. En conduisant, je les écoutes raconter leurs anecdotes en profitant d’un bon son à la radio et du magnifique paysage Pyrénéen… « J’ai hâte d’y être !! »

La neige est tombée toute la nuit dans les Pyrénées Centrales et Peyragudes se remet au blanc avec une couche de poudreuse qui nous rend tous fous.  Les prévisions sont bonnes et  le soleil va être au RDV. Une journée magnifique s’annonce.

 

 

9h15 : Déjà sur le télésiège “Cap de Pals” versant Agudes (la station est à cheval sur 2 versants côté Haute-Garonne versant Agudes et côté Hautes-Pyrénées versant Peyrseourde). Le forfait étudiant est en poche ! Sous nos pieds un manteau blanc parfait. Pas une trace, nous allons ouvrir le bal. Arrivés au sommet, Paul et Cécile proposent de commencer en douceur pour bien se réveiller sur la piste “Combe de la Flamme”.  Ça tombe bien, elle est parfaitement damée avec rainures de la dameuse apparentes ! C’est une descente de folie, des courbes splendides avec une impression de vitesse et de glisse incroyable.

12h : La Poudreuse a eu raison de nous, la pause s’impose ! Le petit creux se fait ressentir et l’envie de manger grandi au fil des minutes. Lucas s’impatiente : «Je pourrais manger un bœuf, dépêchons nous, j’ai la dalle !!». Arrivé à point nommé au milieu des pistes, le restaurant d’altitude « Le Cabanou » nous offre exactement ce dont nous avons besoin. Avec sa terrasse panoramique et son self-service bien pensé, Lucas est comblé et repus : « J’en peu plus ! ». A Cécile d’ajouter : « On a eu raison de venir ici, on profite de la neige et du soleil, j’adore cette station ! »

13h30 : C’est reparti pour un tour ! La bonne fraîche n’aime pas se faire attendre. Un après-midi de ciel bleu est au programme. Les descentes s'enchaînent, on a l’impression de mettre les spatules dans du velours, la neige croustille sous les skis pendant les premiers virages, puis vient la vitesse, l’adrénaline… Tout cela est un délice.

17h : La magie du blanc a opéré. C’est une journée inoubliable qui vient de s’offrir à nous. « Et dire que c’est si près de Toulouse, il faut absolument qu’on vienne plus souvent ! » s’époumone Paul en train d’enlever ses chaussures de ski. Ensemble dans la voiture, le débrief débute dans les premiers lacets en quittant la station. Puis mes compères s’endorment sans s’en apercevoir. Je suis seul sur la route du retour, des images plein la tête, le sourire aux lèvres avec une seule phrase que je fredonne : « Quand est-ce qu’on revient à Peyragudes… ? »

 

Continuer le voyage